Retraites et finances publiques

Retraites et finances publiques

Même si la réforme des retraites avec report de l’âge de départ était inscrite dans le programme d’Emmanuel Macron, reconduit comme Président de la République et que nul ne pouvait l’ignorer, une mise en œuvre brutale est-elle si urgente et impérieuse ?

Au lieu de s’attaquer de façon unilatérale à cette question, nos gouvernants ne feraient-ils pas mieux d’en inscrire l’examen dans le cadre global d’une gestion rigoureuse des finances publiques ?

N’y aurait-il pas des mesures à prendre et des économies à faire en divers domaines pour faciliter de possibles transferts d’argent pour remédier à d’éventuels besoins en matière de pensions et retraites ?

Ainsi, tout en remisant le « chéquier magique » que nos dirigeants sortent à tout-va, en gonflant sans cesse une dette nationale déjà monstrueuse, ne faudrait-il pas tout d’abord coupler vraiment la réforme envisagée avec une lutte plus déterminée contre le chômage, pour améliorer la rentrée des cotisations (soutien à une formation accélérée aux emplois non pourvus, modulation des tâches pour favoriser le maintien des séniors en activité, incitation et aide à la mobilité professionnelle, ferme régulation des indemnités versées, etc.) ?

Ne faudrait-il pas parallèlement, tout en soutenant la relance de la natalité des autochtones, limiter drastiquement l’immigration, source d’une explosion des prestations sociales aggravée par la fraude et une générosité dévoyée (regroupement familial élargi, prise en charge des « mineurs isolés », aide médicale d’État, etc.), source également de surcoûts en matière d’éducation et de sécurité (mobilisation permanente des forces de l’ordre face à la multiplication des crimes et délits, du terrorisme islamique et des destructions de biens lors de manifestations ou émeutes récurrentes, le tout conduisant à une surpopulation carcérale, etc.) ?

Ne faudrait-il pas aussi éviter de se lancer ouvertement ou incidemment dans des conflits coûteux où les intérêts de la France et la sécurité nationale ne sont pas directement menacés comme cela a été décidé pour des engagements au Moyen-Orient, en Afrique et, à présent, via un soutien financier et la fourniture d’armement, en l’Ukraine, au détriment de nos propres forces armées, avec, au surplus, le contrecoup ruineux sur notre économie des folles sanctions prononcées contre la Russie ?

Ne conviendrait-il pas également de cesser de se pousser du col pour organiser à grands frais, et pour une gloriole passagère, des sommets internationaux qui devraient relever de l’ONU ou de ses instances (réunions sur le climat, les océans, les guerres en cours, etc.) ou des rencontres sportives à grand spectacle entraînant des dépenses faramineuses (coupes du monde de divers sports, Jeux Olympiques, etc.) ?

Ne pourrait-on pas, par ailleurs, arrêter de subventionner grassement les partis politiques, syndicats, associations, journaux et milieux dits « de la création artistique » qui ne devraient vivre que du soutien de leurs adhérents, donateurs, lecteurs ou adulateurs ?

Des actions déterminées en ces divers domaines – et il y en a sûrement d’autres – devraient permettre d’assainir la situation des dépenses publiques et de dégager des marges de manœuvre pour faire face aux difficultés conjoncturelles.

Reste à savoir si nos prétendus « responsables » politiques auraient le courage et la volonté de s’engager dans le traitement des sujets mentionnés et si les Français l’accepteraient.

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    La réforme des ” retraites ” , telle qu’ elle est envisagée par le Pouvoir ” , consiste principalement à désendztter la France en faisaant porter l’ effort financier sur les salariés, et donc futurs retraités , de ce qui reste du secteur ” privé ” d’ autant que la reprise économique n’ est pas comme cela était prévu ( sic ) au rendez vous !

    5 février 2023 à 9 h 33 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    N’ oublions pas que nous ” payons ” notre dette ( charge de la dette ) mais qu’ aussi les Etats – Unis font payer leur propre dette par les autres Nations grace à la prépondérance artificielle de l’ U.S. $ !
    L’ hypocrisie des Américains , Démocrates comme Républicains, c’ est de faire croire aux peuples par l’ intermédiaires des différents médias et agents d’ influence de droite comme de gauche, qu’ ils défendent les ” Valeurs ” occidentales alors qu’ ils ne défendent que leurs seuls intérêts et ceux des plus riches dans le Monde

    2 février 2023 à 11 h 35 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *